Diagnostic et évolution. (ARSEP).
lundi 18 février 2013

Diagnostic et évolution :

 Diagnostic de la Sclérose en Plaques

Le diagnostic de sclérose en plaques (SEP) est fondé sur un faisceau d’arguments cliniques et para-cliniques de dissémination temporelle et spatiale des lésions du système nerveux central (SNC) en dehors d’une autre maladie évolutive.

La dissémination temporelle dans la sclérose en plaques se définit comme la succession d’épisodes neurologiques au sein du système nerveux centraldans le temps.

La dissémination spatiale dans la sclérose en plaques est démontrée par la mise évidence d’une atteinte de plusieurs zones du système nerveux central. Cette dissémination spatiale et temporelle est démontrée à l’examen clinique ou à l’IRM. 

Ainsi le diagnostic de SEP peut être fait devant la survenue de deux poussées ou d’une poussée unique avec des critères de dissémination spatio-temporelle établis par IRM.

Les critères diagnostiques des formes primaires progressives de sclérose en plaques imposent une dissémination spatiale et une progression de la SEP sur 1 an.

 Les examens complémentaires :

il n’existe aucun test biologique spécifique pour le diagnostic de SEP. Un bilan biologique minimal est réalisé pour écarter d’autres pathologies. l’analyse du liquide céphalo-rachidien (LCR, liquide qui entoure le cerveau et la moelle) prélevé par une ponction lombaire n’est pas obligatoire. Elle permet surtout d’éliminer les diagnostics différentiels. les potentiels évoqués visuels, sensitifs, moteurs ou auditifs ne sont plus utiles au diagnostic de SEP.



Chaque patient est un cas particulier avec une expression et une évolution de la maladie qui lui sont caractéristiques.



 Auteur : Fondation pour l’aide à la recherche sur la sclérose en plaques.

Site éditeur : www.arsep.org.