Comment je vois les choses, maintenant (+ de 5 ans avec le diagnostic SEP) Sandra témoigne (34 ans)
lundi 24 septembre 2012

Le cheminement avec la maladie est particulier à chaque personne ... Merci de nous dire "comment vous voyez les choses" maintenant.

- Vous pouvez retrouver le questionnaire témoignage et y répondre si vous le souhaitez


Je m’appelle (prénom fictif) : Sandra
Vous êtes ? : Une femme
Votre âge actuel ? : 34 ans
Année de votre diagnostic ? : 2004

Comment pensez-vous, vous êtes reconstruit(e) ? :
Après mon diagnostic, j’ai été mal car je me voyais être comme ma tante qui connaît un stade très avancé de la maladie. Avec ma mari, on a décidé de vivre normalement autant que faire ce peut ! J’ai suivi un traitement d’interféron durant 10 mois, qui m’a rendu bien malade (effets secondaires). J’ai voulu avoir un enfant, le neurologue m’a dit ok tout va bien pour vous.... Depuis mon garçon a 5 ans, et je lui ai donné une petite sœur de 9 mois 1/2 aujourd’hui.... C’est grâce à eux que je garde la tête haute.

Vous êtes-vous replié(e) sur vous-même ? :
Oui, j’ai eu du mal à dire à ma meilleure amie pourquoi je n’étais pas bien... Puis je lui ai parlé, et aujourd’hui je n’ai pas de mal à dire je souffre de SCLÉROSE EN PLAQUES, cela ne se voit pas ben tant mieux !

Avez-vous ressenti le besoin d’un soutien psychologique ? :
Non, pas sur le moment, aujourd’hui pour éviter toute rechute dû au stress quotidien, oui je vois une psy. Parler à quelqu’un d’étranger à sa vie, ça fait du bien.
Connaissez-vous notre (N°vert SEP) ? : Non

Notre N°vert 0800 85 49 76 est gratuit à partir d’un poste fixe et anonyme, cette écoute est ouverte du lundi au vendredi de 13h00 à 18h00. N’hésitez pas à appeler, cela fait du bien de parler et d’être écouté(e). Des psychologues sont à votre écoute.

Pour terminer

Que souhaitez vous dire tout simplement... :
Je veux vivre, être une mère et être une femme tout simplement.... Je souhaite que les gens ne me jugent plus, je porte cette maladie sur mes épaules, elle ne se voit pas pour le moment, et pourvu que ça dure, mais elle est là.

Nous vous remercions pour votre témoignage Sandra.