Nouveautés Plan du site Newsletter Sites APF Ecoute Infos Contact
Accueil du siteSclérose en plaquesRééducation, kiné, sport
Dernière mise à jour :
mercredi 12 juillet 2017

Statistiques éditoriales :
1022 Articles

Statistiques des visites :
2294063 
depuis 01 Septembre 2009

Informations

Pour la première fois en France, une étude portant sur 800 personnes (personnes malades, aidants, employeurs et population active) se penche sur l’impact de la SEP dans la sphère professionnelle.

 

LES "ECOLES DE LA SEP"

2017

 

Ligne d’écoute :

      • DES DIFFICULTES A UTILISER LE TELEPHONE ?

Le service SEP-PSY par tchat ou mail est fait pour vous !

 
PNG - 25.7 ko
Fleurs d’encre

Livre à télécharger !

 

Traitement du tremblement par la stimulation cérébrale au cours de la SEP

Auteur : Pr A. Créance |  13627 visites | En ligne : 30 mars 2009

Professeur Alain CREANCE - Service de Neurologie - Hôpital Henri-Mondor à Créteil. Avec l’autorisation de Madame Brigitte Mallet, article paru dans Facteur Santé (NAFSEP) N°87 mars 2004

S’il est bien connu que la sclérose en plaques peut s’associer à des symptômes très variés, le risque du tremblement est moins connu. On associe plus volontiers le tremblement à la maladie de Parkinson. Un tremblement est un mouvement involontaire susceptible de perturber les mouvement volontaire, caractérisé par des oscillations régulières. Le tremblement survenant au cours de la sclérose en plaques peut entraîner une gène fonctionnelle variable, mais parfois importante. Le tremblement peut rendre difficile certains gestes comme l’écriture ou la signature d’un document, ou de gestes plus simples comme la toilette (se laver les dents, se raser, ou se coiffer), voire l’alimentation (porter un verre à sa bouche sans renverser son contenu).

La fréquence du tremblement au cours de la sclérose en plaques est mal connue, et si le tremblement peut s’observer à tous les stades de la maladie, il débute rarement au début. A la différence du tremblement de la maladie de Parkinson, observé au repos, c’est-à-dire lorsque la personne ne fait aucun mouvement, le tremblement de la sclérose en plaques survient lors d’un mouvement volontaire. Il est dit intentionnel. Cela signifie qu’il est accentué lors du mouvement en particulier à la fin de celui-ci lorsque la main atteint sa cible.. Ainsi, prendre un verre peut être relativement aisé, mais le porter à sa bouche en lui conservant une bonne stabilité devient difficile.

Il existe plusieurs manières pour le neurologue de classer le tremblement en s’aidant de l’examen clinique. Les manœuvres effectuées consistent à tendre le bras devant soi, à porter l’index à plusieurs reprises sur le nez, ou encore à mettre les index face à face, bras repliés. Ces méthodes d’examen permettent de différencier et de préciser les caractéristiques du tremblement et des éventuelles anomalies neurologiques associées. Ainsi, outre le tremblement, le mouvement peut être perturbé par un manque de force, un trouble de la sensibilité, ou un syndrome cérébelleux responsable de mouvements trop amples et d’ajustement difficile du geste. Ces éléments sont très importants à évaluer de manière à pouvoir apprécier leurs parts respectives dans la gène fonctionnelle globale. Le neurologue évalue dans le même temps la localisation de ce tremblement. Celui-ci peut toucher le membre supérieur (la main, le coude, l’épaule ou l’ensemble), les membres inférieurs ou la tête.

Les médicaments utilisés pour traiter le tremblement de la maladie de Parkinson et le tremblement dit essentiel (celui qu’on aperçoit parfois chez des personnes âgées), n’ont pas d’efficacité dans le tremblement de la sclérose en plaque. C’est pourquoi les médecins se sont intéressés aux traitements neurochirurgicaux des tremblements tels qu’ils sont pratiqués pour la maladie de Parkinson. Il existe deux types de traitement neurochirurgicaux des mouvements dits anormaux comme le tremblement. L’autre technique vise à stimuler, sans la détruire, cette même zone par des décharges électriques répétées. Pour le tremblement, la zone à stimuler porte le nom savant de noyau ventral intermédiaire du thalamus. Cette petite zone permet de modifier considérablement le mouvement. La stimulation s’effectue au moyen d’une électrode. Une électrode est une petite aiguille qui permet d’envoyer des décharges électriques répétées grâce à une liaison par fil à un stimulateur situé à l’extérieur du cerveau.

La pose de l’électrode est une intervention neurochirurgicale se déroulant au bloc opératoire sous anesthésie locale. Le neurochirurgien fait un repérage extrêmement précis de la zone du cerveau à atteindre et réalise une stimulation test pendant l’intervention. Ainsi, au cours de l’intervention, le patient réalise les mouvements, ce qui permet de juger immédiatement de l’efficacité de la stimulation et donc de la bonne position de l’électrode. On fixe alors l’électrode que l’on relie à un fil qui sort du crâne et est enfoui sous la peau. Quelques jours après, lors d’une deuxième intervention, les fils de l’électrode sont reliés à un boîtier (le stimulateur) qui envoie des stimulations électriques à l’électrode ; Ce boîtier est situé sous la peau, sous la clavicule, ce qui le rend très peu visible.

L’intervention nécessite une hospitalisation de plusieurs jours afin de réaliser les premiers réglages du stimulateur et optimiser son efficacité. Des réglages réguliers se font ensuite en consultation. L’efficacité du traitement permet dans la majorité des cas d’obtenir une amélioration fonctionnelle non négligeable ce qui signifie, selon les cas, de tenir à nouveau un stylo pour signer, de porter un verre à sa bouche ou de manger sans aide, voire simplement d’être moins fatigué par ces mouvements continus. Ces résultats sont obtenus si l’indication est bien posée. Cela implique que tous les patients souffrant d’un tremblement, en particulier en cas d’anomalies neurologiques associées, ne doivent pas être opérés.

Ce traitement relativement lourd, car nécessitant une équipe spécialisée médico-chirurgicale, se déroule habituellement sans complication majeure. Cependant, l’intervention requiert une évaluation neurologique précise et une technique neurochirurgicale très spécialisée. Il s’agit d’un traitement d’un symptôme et non de la maladie, c’est pourquoi il est nécessaire d’avoir par la suite des réglages réguliers du stimulateur afin de garder la meilleure efficacité possible.

 

Articles de cette rubrique

  1. Brochure ARSEP : La rééducation et la SEP.
    Origine : 25 juillet 2016 | Auteur : Fondation ARSEP. | En ligne : 25 juillet 2016

  2. Brochure ARSEP : Activité physique et SEP.
    Origine : 4 janvier 2016 | Auteur : Fondation ARSEP. | En ligne : 4 janvier 2016

  3. Intérêt d’une activité physique adaptée (des conseils en vidéo)
    Origine : décembre 2014 | Auteur : Laboratoire Genzyme Sanofi | En ligne : 30 décembre 2014

  4. "Gym videos" des exercices à l’aide d’une bande élastique de résistance
    Origine : 1er octobre 2013 | Auteur : www.la-sep-bouge.fr | En ligne : 1er octobre 2013

  5. Rééducation fonctionnelle des équilibres chez les patients atteints de sclérose en plaques
    Origine : novembre 2012 | Auteur : A. Choplin | En ligne : 13 novembre 2012

  6. Prescrire et contrôler l’autorééducation
    Auteur : A. Choplin | En ligne : 13 novembre 2012

  7. SEP et sport : un site de professionnels de la rééducation
    Origine : 18 avril 2011 | Auteur : Dr C. Donze et le Laboratoire Merck Serono | En ligne : 19 avril 2012

  8. Rééducation et auto-rééducation (Réseau SINDEFI-SEP)
    Origine : octobre 2012 | Auteur : SINDEFI-SEP | En ligne : 9 octobre 2012

  9. Rééducation dans la sclérose en plaques - guide du Kinésithérapeute (Réseau SINDEFI-SEP)
    Origine : septembre 2011 | Auteur : SINDEFI-SEP | En ligne : 9 octobre 2012

  10. Ergothérapie et SEP : retrouver le chemin de l’activité
    Origine : mars 2003 | Auteur : Nathalie Naudin, journaliste | En ligne : 4 mars 2009

  11. Quelle est la place de la balnéothérapie ?
    Origine : septembre 2007 | Auteur : Dr. P. Gallien | En ligne : 27 mars 2009

  12. Brochure sur la rééducation : Le point de vue d’une équipe de rééducation (Hôpital Léopold Bellan)
    Origine : avril 2007 | Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 30 mars 2009

  13. Le point de vue du neuropsychologue/dans un centre de réadaptation fonctionnelle
    Origine : février 2002 | Auteur : Marie de Jouvencel | En ligne : 30 mars 2009

  14. Traitement du tremblement par la stimulation cérébrale au cours de la SEP
    Origine : mars 2004 | Auteur : Pr A. Créance | En ligne : 30 mars 2009

  15. La fasciathérapie, une expérience originale APF SEP
    Origine : octobre 2003 | Auteur : Dr D. Vernay | En ligne : 30 mars 2009

  16. La Fatigue et la SEP (ré entrainement à l’effort)
    Origine : 4 juin 2009 | Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 24 juin 2009