Nouveautés Plan du site Newsletter Sites APF Ecoute Infos Contact
Accueil du siteSclérose en plaquesRééducation, kiné, sport
Dernière mise à jour :
vendredi 26 mai 2017

Statistiques éditoriales :
1005 Articles

Statistiques des visites :
2199330 
depuis 01 Septembre 2009

Informations

Évènements autour de la

Journée Mondiale 2017

 

Pour la première fois en France, une étude portant sur 800 personnes (personnes malades, aidants, employeurs et population active) se penche sur l’impact de la SEP dans la sphère professionnelle.

 

LES "ECOLES DE LA SEP"

2017

 

Ligne d’écoute :

      • DES DIFFICULTES A UTILISER LE TELEPHONE ?

Le service SEP-PSY par tchat ou mail est fait pour vous !

 
Facebook

- Ancienne page : (Problème technique avec Facebook cette page n’est plus mise à jour. 29/09/16).

 

Quelle est la place de la balnéothérapie ?

Auteur : Dr. P. Gallien |  15827 visites | En ligne : 27 mars 2009

Quelle est la place de la balnéothérapie dans la prise en charge de la sclérose en plaques ?

Le Dr Gallien et son équipe du Centre MPR Notre Dame de Lourdes à Rennes font le point sur l’utilisation de l’eau en thérapie. (septembre 2007)

P Gallien, B Nicolas, S Pétrilli, S Robineau, J Houedakor, A Durufle.
Centre MPR Notre Dame de Lourdes, 54 rue St Hélier 35 000 Rennes
Clinique de la Sclérose en plaques, CHU Pontchaillou, Rue Henri Le Guilloux 35033 Rennes cedex
Correspondance :Dr Philippe Gallien Centre MPR Notre Dame de Lourdes, 54 rue St Hélier 35000 Rennes

L’utilisation de l’eau en thérapie est connue et validée depuis longtemps, déjà pratiquée dans la Rome antique. Dans le cadre de la sclérose en plaques l’activité en piscine pose deux questions : la pratique de l’activité physique pour une personne atteinte de SEP et celle de l’influence de la température sur la maladie.

Nous aborderons ces deux éléments successivement, après avoir refais le point sur le bénéfice de la balnéothérapie.

Intérêt de la balnéothérapie

L’utilisation de l’eau permet de limiter les effets de la pesanteur, donc de faciliter le mouvement. Les troubles de l’équilibre et de la coordination vont ainsi être améliorés, sous réserves bien sûr qu’il n’y ait pas de courants qui sont déstabilisant mais peuvent être utilisés pour travailler l’équilibre. La diminution des contraintes de la pesanteur permet d’avoir une mobilité plus grande et de retrouver une autonomie de déplacement dans l’élément liquide.

L’eau a également des vertus antalgiques et décontracturantes notamment quand elle est utilisée en hydro massage, avec des jets. La température de l’eau est un élément important : la chaleur a des propriétés antalgiques, et sédatives. Si le froid est également antalgique, le bain froid est souvent moins bien supporté, pourtant il peut être extrêmement intéressant dans le cadre de la sclérose en plaques. Les conséquences des changements de température sur la symptomatologie clinique sont bien connues, avec classiquement une aggravation par la chaleur (1,2,3). En fait l’influence de la température est variable selon les individus. Certaines personnes sont dites thermosensibles, avec une modification des symptômes en fonction des variations de température. Nous avons ainsi constaté, sur une population de 191 personnes atteintes de sclérose en plaques, que la sensibilité à la température : était présente chez 147 patients (soit 77%) avec une aggravation liée à la chaleur pour 104 patients (soit 54% de la population totale) et une amélioration par le froid pour 82 patients (soit 43% des patients) (4). White (5) a démontré un bénéfice très net d’une balnéothérapie froide ( 18°C) sur les performances à la marche de 6 patients thermo-sensibles : les patients après un bain froid amélioraient leur vitesse de marche et la qualité de celle-ci. Le bénéfice du froid est malheureusement transitoire.

La température recommandée pour les bains froids est généralement aux alentours de 20-24°C, température habituelle des piscines, le principe étant de diminuer la température corporelle. Un bain n’est donc réellement considéré comme chaud que s’il dépasse la température corporelle soit 37°C. En pratique plus la température est proche de 37°, plus la durée d’exposition devra être élevée pour obtenir un bénéfice clinique.

L’effet des variations de température doit donc être analysé au cas par cas pour chaque individu.

Le deuxième aspect de la question est celui du bénéfice de l’activité physique et dans le cas précis de l’aquagym. Diverses études scientifiques ont contribué à apporter des éléments de réponse (6). Ces études se sont concentrées sur l’effort physique en aérobie, concernant donc un effort physique en endurance. Le seuil au delà du quel une personne commence à puiser dans son métabolisme anaérobie, et donc dans ses réserves énergétiques induisant une sensation de fatigue, peut être assez facilement déterminé. La technique la plus précise est celle de l’épreuve d’effort : le sujet fournit un effort calibré par pallier, avec une surveillance continue du travail cardiaque (tension artérielle, et rythme cardiaque), de la consommation d’oxygène et de la synthèse d’acide lactique. Le niveau d’effort maximal en aérobie, associé à une fréquence cardiaque, est ainsi déterminé.

Ce niveau d’effort servira de point de repère pour la mise en place du programme d’activité physique. La deuxième solution, plus simple en pratique courante, est l’utilisation de formule théorique faisant intervenir l’âge de la personne pour déterminer la fréquence cardiaque seuil (égale à 220-âge). L’activité physique autorisée ne devra pas induire une augmentation supérieure à 70% de la fréquence cardiaque seuil. Il suffit ainsi de surveiller ses pulsations cardiaques pour gérer au mieux sont activités physiques.

Gehlsen (7) en 1984 qui a étudié sur 10 patients les effets de l’exercice musculaire global en piscine au rythme de 3 séances d’une heure pendant 10 semaines, avec une surveillance du rythme cardiaque. Une augmentation de force musculaire était observée ainsi qu’une diminution de la fatigabilité musculaire. Plusieurs études ont ensuite confirmées ce premier travail notamment l’absence d’aggravation neurologique liée à l’exercice physique. Sur une population de patients conservant des capacités de marche Petajan (8) a ainsi montré, sur une étude comparative, qu’avec un exercice en aérobie sur bicyclette mixte (bras et jambe) 30 minutes 3 fois par semaine pendant 15 semaines, on obtenait une meilleure adaptation à l’effort, une augmentation de la force musculaire globale, une diminution de la sensation de fatigue et l’absence d’aggravation neurologique. Plusieurs études par la suite ont confirmés l’intérêt du réentraînement à l’effort pour les patients atteints de SEP, sur le plan de la fatigue, des performances à la marche, de la force musculaire mais aussi sur la qualité de vie (9,10,11,12). Les résultats évoqués précédemment sont, bien sûr, le plus souvent observé dans le cadre d’une prise en charge rééducative en centre ou bien à domicile avec un programme pré établi dans une structure spécialisée et un suivi dans le cadre d’un protocole.

Mais il a été démontré que la pratique sportive régulière adaptée contribue également à améliorer la qualité de vie, Nous avons ainsi noté une meilleure impression de qualité de vie chez des personnes pratiquant une activité sportive régulière d’au moins une heure par semaine (13), ceci confirmait les travaux de Stuifbergen (14) qui constatait une diminution des activités physiques chez les personnes atteintes de SEP par rapport à une population en bonne santé, mais pour les patients pratiquant une activité physique régulière une meilleure perception de leur qualité de vie.

Au total la réponse vis à vis de la pratique d’une activité physique en piscine chez une personne présentant une SEP reste donc individuelle, fonction du handicap. L’activité physique, quand elle est possible, est certainement à encourager du fait des bénéfices certains sur le plan physique et de la qualité de vie. Il est important de respecter la fatigabilité, les objectifs doivent être clairs, sport n’est pas forcément synonyme de performance. L’activité aquatique garde une place à part entière, avec un plus certain des bains froids (20-26°) pour les personnes thermosensibles. Les bains chauds ne sont une contre indication formelle, mais l’effet de la chaleur sur les symptômes doit être bien évalué auparavant, et il est préférable de se faire accompagner au départ.

Bibliographie

- Bajada S, Mastaglia FL, Black JL, Collins DW. Effects of induced hyperthermia on visual evoked potentials and saccade parameters in normal subjects and multiple sclerosis patients. J Neurol Neurosurg Psy 1980 ; 43 : 849–852
- Berger JR, Sheremata WA. Persistent neurological deficit precipitated by hot bath test in multiple sclerosis. JAMA 1983 ; 249, 13 :1751–1753
- Davis FA, J.A. Michael JA, Tomaszewski JS. Fluctuation of motor function in multiple sclerosis related to circadian temperature variations. Dis Nerv Syst 1973 ; 34, 1 : 33–36.
- Petrilli S., Durufle A., Nicolas B, Robineau S, Kerdoncuff V, Le Tallec H, Lassalle A, Gallien P. Influence des variations de la température sur la symptomatologie clinique dans la sclérose en plaques : étude épidémiologique. Ann Readapt Med Phys 2004 ; 47 : 204-8
- White AT, Wilson TE, Davis SL,Petajan JH. Effect of precooling on physical performance in multiple sclerosis. Multiple Sclerosis 2000 ; 6 :176–180
- Gallien P , Nicolas B , Robineau S , Pétrilli S , Houedakor J , Durufle A Physical training and multiple sclerosis. Ann Readapt Med Phys. 2007 Jul ;50(6):373-6, 369-72
- Gehlsen G. M., Grigsby S.A., Winant D.M. Effect of an aquatic fitness program on the muscular strength and endurance of patients with multiple sclerosis. Physical Therapy 1984 ; 64 : 653-7
- Petajan J.H., Gappmaier E., White A.T., Spencer M.K., Mino L., Hicks R. Impact of aerobic training on fitness and quality of life in multiple sclerosis. Ann. Neurol. 1996 ; 39 : 432-41
- Mostert S, Kesselring J. Effects of a short-term exercise training program on aerobic fitness, fatigue, health perception and activity level of subjects with multiple sclerosis. Mult Scler 2002 ;8 : 161-8
- Ponichtera-Mulcare JA, Mathews T, Glaser RM,Gupta SC. Maximal aerobic exercise in persons with multiple sclerosis. Clin Kinesio 1993 ; 46 :12-21
- Kerdoncuff V, Durufle A, Le Tallec H, Lassalle A, Petrilli S, Nicolas B, et al. Activité sportive et sclérose en plaques. Ann Read Med Phys 2006 ;49:32-6
- Ponichtera-Mulcare JA, Mathews T, Barrett PJ,Gupta SP. Change in aerobic fitness of patients with multiple sclerosis during a 6 months training program. Sports Med Training Rehab1997 ; 7:265–72. * Romberg A, Virtanen A, Ruutiainen J, Aunola S, Karppi SL, Vaara M et al. Effect of a 6-month exercise program on patients with multiple sclerosis. A randomized study. Neurology 2004 ;63:2034-38
- Robineau S, Nicolas B, Gallien P, Petrilli S, Durufle A, Edan G et al. Renforcement musculaire isocinétique excentrique dans la rééducation du recurvatum de genou chez des patients atteints de sclérose en plaque : Résultats préliminaires à 3 mois. Ann Read Med Phys 2005 ; 48 :29-33
- Stuifbergen AK , Blozis SA , Harrison TC , Becker HA . Exercise, functional limitations and quality of life : A longitudinal study of persons with multiple sclerosis. Arch Phys Med Rehabil 2006 ;87(7):935-43

 

Articles de cette rubrique

  1. Brochure ARSEP : La rééducation et la SEP.
    Origine : 25 juillet 2016 | Auteur : Fondation ARSEP. | En ligne : 25 juillet 2016

  2. Brochure ARSEP : Activité physique et SEP.
    Origine : 4 janvier 2016 | Auteur : Fondation ARSEP. | En ligne : 4 janvier 2016

  3. Intérêt d’une activité physique adaptée (des conseils en vidéo)
    Origine : décembre 2014 | Auteur : Laboratoire Genzyme Sanofi | En ligne : 30 décembre 2014

  4. "Gym videos" des exercices à l’aide d’une bande élastique de résistance
    Origine : 1er octobre 2013 | Auteur : www.la-sep-bouge.fr | En ligne : 1er octobre 2013

  5. Rééducation fonctionnelle des équilibres chez les patients atteints de sclérose en plaques
    Origine : novembre 2012 | Auteur : A. Choplin | En ligne : 13 novembre 2012

  6. Prescrire et contrôler l’autorééducation
    Auteur : A. Choplin | En ligne : 13 novembre 2012

  7. SEP et sport : un site de professionnels de la rééducation
    Origine : 18 avril 2011 | Auteur : Dr C. Donze et le Laboratoire Merck Serono | En ligne : 19 avril 2012

  8. Rééducation et auto-rééducation (Réseau SINDEFI-SEP)
    Origine : octobre 2012 | Auteur : SINDEFI-SEP | En ligne : 9 octobre 2012

  9. Rééducation dans la sclérose en plaques - guide du Kinésithérapeute (Réseau SINDEFI-SEP)
    Origine : septembre 2011 | Auteur : SINDEFI-SEP | En ligne : 9 octobre 2012

  10. Ergothérapie et SEP : retrouver le chemin de l’activité
    Origine : mars 2003 | Auteur : Nathalie Naudin, journaliste | En ligne : 4 mars 2009

  11. Quelle est la place de la balnéothérapie ?
    Origine : septembre 2007 | Auteur : Dr. P. Gallien | En ligne : 27 mars 2009

  12. Brochure sur la rééducation : Le point de vue d’une équipe de rééducation (Hôpital Léopold Bellan)
    Origine : avril 2007 | Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 30 mars 2009

  13. Le point de vue du neuropsychologue/dans un centre de réadaptation fonctionnelle
    Origine : février 2002 | Auteur : Marie de Jouvencel | En ligne : 30 mars 2009

  14. Traitement du tremblement par la stimulation cérébrale au cours de la SEP
    Origine : mars 2004 | Auteur : Pr A. Créance | En ligne : 30 mars 2009

  15. La fasciathérapie, une expérience originale APF SEP
    Origine : octobre 2003 | Auteur : Dr D. Vernay | En ligne : 30 mars 2009

  16. La Fatigue et la SEP (ré entrainement à l’effort)
    Origine : 4 juin 2009 | Auteur : APF Ecoute Infos | En ligne : 24 juin 2009