Nouveautés Plan du site Newsletter Sites APF Ecoute Infos Contact
Accueil du siteSclérose en plaquesEn particulierTroubles : de la vessie, intestin
Dernière mise à jour :
jeudi 20 avril 2017

Statistiques éditoriales :
997 Articles

Statistiques des visites :
2146809 
depuis 01 Septembre 2009

Informations

LES "ECOLES DE LA SEP"

2017

 

Ligne d’écoute :

      • DES DIFFICULTES A UTILISER LE TELEPHONE ?

Le service SEP-PSY par tchat ou mail est fait pour vous !

 
Facebook

- Ancienne page : (Problème technique avec Facebook cette page n’est plus mise à jour. 29/09/16).

 

Évènements autour de la

Journée Mondiale 2017

- Maison de la SEP : à partir du 12 mai 2017.

 
PNG - 25.7 ko
Fleurs d’encre

Livre à télécharger !

 

La constipation

Auteur : Ligue contre la sclérose en plaques |  10936 visites | En ligne : 3 mars 2009

Ligue Française contre la sclérose en plaques. Fiche n°7 - 2è édition. Mise à jour Déc. 1994

La constipation : Elle se définit par la diminution du volume des selles et la raréfaction de celles-ci. Bien qu’il soit difficile de préciser à partir de quel moment on peut parler de constipation, les personnes atteintes de Sclérose en Plaques, savent très bien que le fonctionnement de leur intestin n’est plus comme avant leur maladie et que depuis, leur selle est plus difficile et plus rare.

Mécanisme de la constipation

Avant d’évoquer comment améliorer ce problème, il faut essayer de comprendre comment fonctionne l’intestin et comment il s’évacue.

Fonctionnement de l’intestin

Ceci dépend de ce qui a été absorbé : nourriture (sa quantité, sa qualité). En effet, des aliments avec fibres (légumes verts) augmentent le volume du contenu de l’intestin et ainsi accélèrent le transit ; au contraire, les aliments sans résidu le ralentissent. Une augmentation des quantités de boissons absorbées accélère le transit et la diminution des quantités d’eau absorbée dans la journée le ralentit.
La constipation dépend aussi du fonctionnement moteur du gros intestin. Normalement les aliments mettent entre 1 et 3 jours à le parcourir - chez un sujet alité, cette durée peut doubler ; chez un sujet qui fait peu d’exercice, la vitesse du transit est également ralentie. Le fonctionnement de l’intestin dépend également de l’état du muscle intestinal lui-même.
Les lésions de la moelle épinière vont entraîner, par l’altération des nerfs qui se rendent vers la paroi de l’intestin, un déficit du fonctionnement moteur de celle-ci et par voie de conséquence un ralentissement du transit.
Il faut se méfier de certains médicaments donnés pour une autre raison (dépression, douleur) qui paralysent un peu plus la fibre musculaire intestinale.

Evacuation de la selle

En fin de parcours du trajet de ce qui a été absorbé, l’évacuation de la selle dépend du fonctionnement du rectum des sphincters.
Normalement, l’arrivée des matières dans le rectum déclenche la sensation de besoin : à ce moment, le sujet se présente aux toilettes pour évacuer la selle en contractant volontairement la paroi abdominale. Il peut également, si tout fonctionne normalement, retarder volontairement l’évacuation de la selle.

- Les personnes atteintes peuvent :

  • diminuer la sensation de besoin : le rectum va se laisser distendre par les matières fécales qui s’accumulent dans celui-ci ;
  • affaiblir les muscles dont le fonctionnement est nécessaire à l’évacuation du rectum ;
  • chez certaines personnes, un déficit du fonctionnement du muscle anal peut conduire à des fuites de matières difficiles à contrôler.

Combattre la constipation et ses complications

Pour ce faire, il faut faciliter le transit et l’évacuation du rectum.

pour améliorer la rapidité du passage des aliments digérés dans l’intestin, il faut une alimentation équilibrée. Un régime normal doit éviter des aliments constipants comme le chocolat ou irritants comme les épices et les condiments. Il doit comprendre des aliments riches en fibres comme le son ou le pain complet, les légumes verts et les fruits. Les boissons doivent être suffisantes, aux environs de 2 litres par 24 heures. Dans des conditions particulières, on peut recourir à l’absorption d’une ou deux cuillerées d’huile d’olive vierge le matin à jeun ou avoir recours, selon les conseils de son médecin, à des laxatifs doux augmentant la lubrification ou le volume des selles (mucilage).

Il est indispensable de maintenir les meilleures conditions d’activité possibles. L’exercice quotidien, comme la marche, est nécessaire. Si cela est impossible, en cas de paraplégie, on peut recommander la verticalisation quotidienne sur appareil adapté, et faire réaliser des massages abdominaux dans le sens colon droit-colon gauche.

Pour améliorer le déclenchement de la selle

Se présenter à la selle régulièrement tous les jours à la même heure, si possible le matin, faire précéder cette opération par la prise d’une boisson glacée quelques instants auparavant.

On peut favoriser l’évacuation des selles par une position dite " à la turque ". Dans certains cas, on peut utiliser une stimulation locale réflexe, au doigt ou par suppositoire, soit simple à la glycérine, soit huileux, soit plus actif.

Ces mesures générales sont à intégrer à l’hygiène quotidienne. Toutes ces mesures sont adaptées aux problèmes de la constipation des personnes atteintes de Sclérose en Plaques. Elles seront adaptées par le médecin traitant ou l’infirmière.

 

Articles de cette rubrique

  1. Vessie et intestin (MS in focus - juillet 2014)
    Origine : juillet 2014 | Auteur : Fédération internationale de la Sclérose En Plaques. | En ligne : 16 décembre 2014

  2. Particularités des troubles vésico-sphinctériens de la Sclérose en Plaques
    Origine : novembre 2012 | Auteur : Dr Marianne de Sèze | En ligne : 9 juillet 2013

  3. SEP et troubles urinaires et intestinaux
    Origine : 2011 | Auteur : Biogen Idec -Coordonné par le Docteur Scheiber Nogueira | En ligne : 30 décembre 2014

  4. Troubles vésico-sphinctériens, les nouvelles approches... (lettre de l’ARSEP)
    Origine : 24 novembre 2010 | Auteur : ARSEP , Pr. G. Amarenco | En ligne : 29 novembre 2010

  5. Troubles de la continence et colorectaux : site commercial Coloplast
    Origine : février 2009 | Auteur : Coloplast (Société Commerciale) | En ligne : 7 janvier 2013

  6. Résultats de l’enquête par questionnaire sur l’incontinence fécale
    Origine : février 2009 | Auteur : Dr Michel. Delcey | En ligne : 25 février 2009

  7. Les autosondages
    Origine : 2008 | Auteur : E Castel, A Ruffion, X Game, G Karsenty, M de Seze, S Bart, JJ Labat, P Grise, C Scheiber-Nogueira, L Cormier, P Denys | En ligne : 9 juillet 2013

  8. Bilan urodynamique
    Origine : 2008 | Auteur : M de Seze, A Ruffion, X Game, G Karsenty, E Castel, S Bart, JJ Labat, P Grise, C Scheiber-Nogueira, L Cormier, P Deny | En ligne : 9 juillet 2013

  9. Nutrition et SEP
    Origine : 2004 | Auteur : Dr J.-P. Rihoux | En ligne : 3 mars 2009

  10. Prévention des problèmes urinaires
    Origine : mars 2003 | Auteur : Dr C. Loss, journaliste | En ligne : 25 février 2009

  11. Troubles vésico sphinctériens
    Origine : 2001 | Auteur : Dr C. Beneton , Dr N’DOI | En ligne : 25 février 2009

  12. Régimes alimentaires et santé : Jusqu’où ne pas aller
    Origine : novembre 2000 | Auteur : Dr D. Vernay | En ligne : 3 mars 2009

  13. Régime alimentaire les implications psychologiques
    Origine : septembre 2000 | Auteur : N. Zaccomer, psychologue | En ligne : 3 mars 2009

  14. La constipation
    Origine : 1994 | Auteur : Ligue contre la sclérose en plaques | En ligne : 3 mars 2009

  15. Les troubles vesico-sphinctériens de la Sclérose en plaques
    Auteur : Dr G. Amarenco, Dr S. Bosc, Dr E. Lapeyre, Dr D. Lagauche, Dr A. Le Cocquen, Dr J. Kerdraon | En ligne : 25 février 2009