Lettre à mon ennemie intime... Yvan témoigne.
dimanche 17 décembre 2017
JPG - 24.7 ko

      • Présentation :

Je m’appelle : Yvan.

Lettre à mon ennemie intime...

 

      • Ce matin de bonne heure tu étais déjà là,
      • Des larmes de sang coulant sur mon visage, je me suis dit, évidemment que tu aller encore faire des ravages.
      • La nuit a été difficile, la fièvre en a profiter pour s’installer en moi, à faire la maline.
      • Impossible de faire 2 pas, coquine tu a eu encore eu raison de moi !
      • Déjà adolescent et avec le recul, je me suis dit que cela fait un certain temps que mon corps basculait par moment.
      • Mon docteur, à l’époque avait mis ça sur le compte d’un manque de vitamine, seul son crayon avait bonne mine.
      • Une pointe au milieu de mes reins a permis de donner un nom sur mes problèmes quotidiens.
      • Une photo de mon cerveau a suffit pour te reconnaître, à expliquer mon mal-être.
      • Tu étais donc là, tapie au fond de moi, cachée, espérant peut-être que tu ne sois pas démasquée.
      • Mais malgré les traitements tu as réussi à me voler mon autonomie, à me rendre dépendant.
      • Et tout cela sans assurance. J’ai dorénavant besoin d’une assistance.
      • Tu as gagné quelques batailles, à mettre la pagaille dans ma vie, mais ne t’en fait pas, un jour ou l’autre je finirai bien par t’avoir, et je garde la tête haute.
      • Inutile de te regarder dans un miroir, tu es vilaine, mais je garde espoir pour qu’un traitement te terrasse vraiment...
      • Ne me réponds pas, je n’ai pas besoin de toi.
      • C’est toi qui est venu me chercher, alors pourquoi en paierais-je les pots cassés ?
      • Oublie-moi, ennemie intime, tu n’as rien à faire chez moi, tu n’es pas dans mon estime. Tu n’es plus une anonyme...


Yvan, nous vous remercions de votre poésie-témoignage.


Une rubrique pour vous exprimer :