SEP et Kinésithérapie, témoignage d’une patiente
vendredi 17 avril 2009

SEP et Kinésithérapie, témoignage d’une patiente

Source : APF Mission SEP (septembre 2003)
- vous trouverez à la fin du texte la réponse du Dr Didier Vernay.

la kinésithérapie est très importante dans la SEP, même s’il n’y a pas de handicap important elle atténue les douleurs, les raideurs et permet de retrouver un certain confort dans son corps :

- 2 à 4 séances hebdomadaires, en fonction de l’importance du handicap, sont nécessaires. A faire pendant toute votre vie ;

- des séances de kinésithérapie doivent impérativement être adaptées en fonction de l’état du malade le jour de la séance (fatigue plus importante, + de spasticité, trouble important de l’équilibre…) ;

- des massages très doux doivent être intégrés dans le processus (style massages réflexe…) ils apportent entre-autre détente physique et nerveuse ;

- il est préférable de faire pratiquer les séances à domicile car cela évite des efforts et de la fatigue inutile (très important dans la SEP) ;

- si le kinésithérapeute possède à son cabinet une piscine, des séances de balnéothérapie peuvent également s’intégrer dans le processus, cela permet d’effectuer avec facilité certains mouvements, mais il est impératif que l’eau de la piscine ne soit par chaude (entre 30 et 32° maximum) et de respecter après la séance un long temps (3/4 d’heure à 1 heure) de récupération avant de prendre la voiture pour rentrer chez soi, ou demander la prise en charge d’un VSL.

- le neurologue, ou votre médecin généraliste si c’est lui qui vous suis le plus souvent, établissent la prescription ainsi que la demande de VSL éventuelle. Si les séances ont lieu à domicile, ne pas oublier de la faire mentionner sur l’ordonnance.

  • Exemple :

« Faire pratiquer à domicile X séances par semaine de massage-rééducation des membres supérieurs, inférieurs et du rachis. A renouveler X mois » (à faire coïncider avec le renouvellement des médicaments) ;

Il y a la possibilité de demander la prescription de « cures » dans un établissement spécialisé. La prescription doit être faite par le neurologue ou le médecin traitant.

Pour renouer avec son corps et son esprit on peut apporter en complément de la kinésithérapie des séances de relaxation, de sophrologie, de yoga malheureusement cela n’est pas pris en charge par la sécurité sociale.

Réponse du médecin

Je suis d’accord avec ce texte mais il faut ajouter :

« En pratique les séances ne doivent pas être systématiquement à domicile ; le kinésithérapeute travaille mieux dans son cabinet. Il est bien que le patient puisse sortir chaque fois que possible et se socialiser. Les kinésithérapeutes ne sont pas toujours disponibles pour les déplacements et il y a aussi un problème de coût et de responsabilisation pour les patients qui peuvent se déplacer. »

Dr Didier Vernay le 10/10/2003