Yvan témoigne (3) : "le jour où j’ai perdu Titine".
mardi 17 octobre 2017
JPG - 24.7 ko



    • Témoignage d’Yvan : "Le jour où j’ai perdu Titine".

On s’était rencontrés lors d’une réunion de famille que, déjà, ses lignes me laissaient sortir de ma coquille, sous un tilleul elle me faisait de l’œil.

Quelques jours plus tard, elle s’installa dans mon boulevard.

Ce matin-là, elle était encore près de moi.

Elle faisait partie de ma vie, mais cette saloperie m’a gâché cette relation a priori.

Elle m’emmenait me promener, c’était le petit cadeau de la journée, boire un petit café ou une menthe à l’eau dans le bistrot d’à côté.

Je la croyait fidèle mais elle a préféré déployer ses ailes.

Je ne pourrai plus lui faire le coup de la panne, même en imitant un petit vieux en canne.

Des fourmis sous la plante des pieds ont diminués mon autonomie.

Impossible dorénavant de foncer comme un missile par monts et par vaux tel un bolide.

L’équipement demandé pour assurer mes déplacements était trop important.

Adieu contrôles et radars, je ne tomberai plus jamais dans un traquenard.

Alors au virage, il a fallu que je la laisse là, dans un garage, pour éviter les dérapages...

Elle pourrait faire d’autres ravages parmi les gens de passage.

Alors pour ma sécurité et celle des autres usagers, on a, comme un accord, préféré se séparer et oublier nos corps à corps.


Yvan, nous vous remercions de votre témoignage.


Une rubrique pour vous exprimer :