La plainte douloureuse dans la sclérose en plaques (APF Formation)
lundi 15 juillet 2013

La plainte douloureuse dans la sclérose en plaques

17èmes journées d'étude APF Formation Palais de l'UNESCO à Paris Du 21 au 23 Janvier 2004 Au cours des 17èmes journées d’étude APF Formation
Palais de l’UNESCO à Paris
du 21 au 23 Janvier 2004

Thème : Douleur et souffrance dans les situations de handicap.
De l’évaluation à l’accompagnement de la personne.


La plainte douloureuse dans la sclérose en plaques


- L’auteur :
Didier VERNAY - Neurologue, chef de service de médecine physique et réadaptation, CHU Clermont Ferrand

- A consulter le document de 6 pages (format Pdf).

Extrait :
« La douleur est un vécu, son caractère subjectif renvoie à des composantes sensorielles, émotionnelles, cognitives et comportementales. Ces mêmes composantes sont activées ou sont les résultantes d’un certain nombre de symptômes de la SEP, la fatigue ou les troubles génito-sphinctériens par exemple. Il y a donc une intrication croisée entre différentes manifestations non douloureuses de la maladie et la douleur. Quoi qu’il en soit, l’expression d’une douleur est souvent l’expression d’une souffrance globale qui, outre la dimension sensorielle, renvoie à des dimensions psychoaffectives et psychosociales. Exprimer verbalement ou non verbalement sa douleur permet de faire émerger des états de souffrance qui ne sauraient être dits ou entendus par d’autres moyens ou canaux de communication. Nous envisagerons successivement l’évolution de la perception de la douleur dans la sclérose en plaques au cours du temps et selon le point de vue abordé par le corps médical et les soignants, le patient et ses proches. »

- Se renseigner sur les formations APF Formation : avec le blog http://apfformation.blogs.apf.asso.fr/