Mon ballon d’oxygène c’est... Martine témoigne
mercredi 3 juin 2009

Vous pouvez retrouver le questionnaire témoignage et y répondre si vous le souhaitez.
- Mon ballon d’oxygène c’est...

JPG - 24.7 ko

Illustration de la rubrique
JPG - 66.4 ko
Le Pianiste par Anne

Je m’appelle Martine et j’ai 47 ans

J’ai été diagnostiquée officiellement en 1993 et reconnue handicapée à 80% dès ce moment.
Pendant 5 à 6 ans, depuis 1987 donc, J’ai eu des symptômes de SEP que les médecins disaient être des effets secondaires des médicaments que je prenais pour la Maniaco-dépression qui préexistait à la SEP ...

Je suis bruxelloise, j’ai été neuf fois championne de Belgique du lancer de javelot avant d’être diagnostiquée "sclérosée en plaques" à 33 ans. Je suivais des cours pour être kinésithérapeute... mais j’ai été arrêtée avant mon diplôme... (Il me manquait deux mois de stage et un mémoire de fin d’études).

- Le sport à cette époque était votre passion ? :
Oui et plus, j’étais droguée par le sport !!! C’était mon métier, ma passion, presque mon « obsession ».
Après que l’on m’ait dit « fini » pour le sport... Ce fut une descente aux enfers psychiatriques...l’immobilité physique et des médicaments en veux-tu ? en voilà...
J’ai passé 16 ans à visiter (comme patiente Maniaco-Depressive) tous les hôpitaux psychiatriques de "Bruxelles et de Navarre..."
ET
Je me suis inscrite dans un club de sport (l’AS CTR à l’hôpital Brugmann de Bruxelles).

- Et c’est là que vous avez trouvé votre ballon d’oxygène ? :
J’ai redécouvert que mon corps pouvait ne pas être un boulet sans vie Re-bouger m’apporte un plaisir fou ! Re-faire du javelot...un plaisir physique inouï... J’ai redécouvert un corps de seize ans en faisant une séance de yoga (J’ai fait ...cumulet et chandelle...ce que je croyais impossible et pourtant ce fut là le déclic de ce que j’appelle "ma renaissance".
J’ai besoin de sentir mon corps vibrer, frémir,...Je lui accorde du chocolat ... ce que je ne faisais plus depuis... (parce que le surpoids blablabla...)
Je re-développe ma force avec du power- training...He oui ! Je m’entraîne pour la rééducation occulo-motrice grâce au tennis de table...
Je serai peut-être championne de Belgique "handicapée" !
Je ne suis plus dépressive ...Je suis plutôt très active...Je vais prudemment pour ne pas dépasser mes limites ...Mais je n’ai pas atteint mes limites...

Je fréquente un centre psychothérapeutique de jour, j’aurai bien aimé créer un pool de conseillers spécialisés en sclérose en plaques (neuro kine entraîneurs pour handicapés, spécialisés en SEP ATAXIE...) pour montrer aux autres personnes atteintes de sclérose en plaques qu’il y a des sports à faire (si ce n’est pas le lancer du javelot,...le tir à air comprimé, la natation, cyclo-danse, bagdminton, tir à l’arc, ...boccia ’pétanque pour handicapés même « quadraplégiques »... tennis de table...

A mon club le AS CTR Y’atout cela...

Je REVIS et je ne suis certainement pas déprimée depuis près d’un an ... En plus je me tisse une toile de relations sociales... Car, et c’est l’avis général rencontré : quand la sclérose en plaques pointe le bout de son nez, les amis montrent LEURS 6 HEURES !!!!

- Vos nouvelles relations sont satisfaisantes j’ai l’impression ? : Effectivement mes nouvelles relations sont plus que satisfaisantes...Elles sont affectivement parlant « reconstructives » et non « destructrices ».

- Les « amis » anciens partent pourquoi à votre avis ? :
En fait je ne pense pas que les « amis » partent : ils choisissent le chemin le plus clair et le plus facile pour eux, le chemin qu’ils croient le seul normal, le seul possible ...
Nous, nous nous sommes écartés de ce chemin "facile" par fatalité : nos combats ne sont pas les leurs et d’autre part, ils ne voient pas ce qu’ils peuvent faire pour nous à moins que nous ne leur demandions explicitement...

- Que pense le médecin qui vous suit ? :
Ma psychiatre actuelle me disait qu’il y a dix ans, je me mettais déjà en chaise roulante. Aujourd’hui je dis qu’il est encore possible non de dépasser ses limites (sportives) mais de re-découvrir ses limites que l’ « on » a laissées « dériver » par peur de les dépasser et risquer des « poussées » ...

Je dois dire cependant que je souffre d’une sclérose en plaques à évolution très très très lente : j’ai fait une poussée en 14 ans, en janvier dernier (07) !!!

J’espère avoir répondu utilement à vos questions ... Peut-être même avez-vous plus d’infos qu’attendues !!! C’est tout moi !!!

Bien chaleureusement et "sportivement"

A mes réponses, j’ajouterai qu’il faut rester prudent : il y a des limites que la maladie ne permet pas au corps de dépasser !!! L’important est de découvrir ces limites et de profiter de son corps de toutes ses possibilités Ce qui profite au niveau psychologique...

Merci Martine
Propos recueillis par Sylvaine Ponroy d’APF Ecoute Infos